alcool et consequences

Bienvenue sur mon blog aide a l alcool

12 février, 2009

nous ne sommes pas a l abris

Classé dans : aide a l alcool — bruno72 @ 12:20

bonjour a tous

il y a bien longtemps que je n ais pas écris une ligne sur ma vie avec l alcool ,mais il faut dire que 2008 a été très mouvementée.

Je me rappelle avoir crié au et fort « plus jamais » mais c était compter sans le pouvoir très attractif du fameux produit.Les fêtes de fin d année 2007 se sons révélée désastreuse pour moi ,rupture sentimentale le 24 décembre,et la je n ais pas chercher a lutter,je me suis jeté sur ma meilleur amie « la bouteille »,cela a duré une semaine,j ais-réagi vite et me suis fait hospitalisé en psy ,déjà pour changer d établissement et surtout pour essayer de soigné ma tête car de ce coté je suis très fragile.

Je suis resté 3 semaines ,mais je n étais pas au top,donc j ais alterné l alcool et l abstinence pendant 6 mois.

Au mois de juin je me suis remis avec mon ex ,elle n était vraiment pas bien,.bière ,cachet et grosse dépression,n étant moi même pas bien j ais remis de plus belle.

On a trouvé le moyen de se filmer,franchement pas beau,j ais d ailleurs tout effacer sans lui montré,elle est parti se mettre au vert et moi j ais continuer,je ne crois pas avoir déja fais aussi fort.

A bout de force je me suis refais hospitalisé en aout ,les toubibs était fous ,me connaissants bien ils m ons fais remarquer que j avais fait tres fort et que ma vie encore une foi était en jeu.Je le sais mieux que personne mais je m en foutais.

Je ne savais pas ce que cela donnerais ,je n y suis rester que 10 jours et ne pensais pas tenir très longtemps.

En fait je n ais pas fait de plans sur m on abstinence possible,contrairement a d autres fois je ne me suis pas dit »il faut réussir »j ais laissé faire les choses,il faut dire que je voulait aidé mon amie a sortir de ce mauvais pas,et je dois avouer que c est un moteur incroyable pour tenir le coup,avoir un but précis c est le meilleur moyen de rester »sage »,au moins pour mois bien sur.

Depuis le 2 aout je n ais pas  retoucher une goutte d alcool et cette foi ci s ent me prendre la tete,je le vis tres bien et j arrive a tenir sans me poser de questions ou me fixer des objectfs bien précis.

voila pour aujourd hui c est fini et maintenent que j ais retrouver le courage de parler j espere a bientot.

BRUNO

Bon courage a tous et si vous vouler parler sur des points précis je me ferrais un plaisir de répondre.

28 juillet, 2007

voila plus d un ans

Classé dans : aide a l alcool — bruno72 @ 23:19

Bonjour a tous

(quel con je fais)Et oui voila plus d un an que je suis abstinent,et surtout très longtemps que je n ais rien écrit,sûrement ma vie qui est vraiment très palpitante,pas toujours dans le bon sens,en effet ma copine boie toujours et ce n ais pas drôle tous les jours,mais je suis toujours amoureux fou et sa c est le plus important.Bref je reviens car il m arrive une tuile ,suite a mes opérations dus a l alcool ,mon médecin m annonce le jour de mon anniversaire que je fais une éventration,le mot est fort et je l ais pris en pleine poire,il veus me rassuré mais je ne veus rien entendre,je flippe ,je me revois a l hosto ,perfusée de partout ,et toute les douleurs.Je vais voir mes parents ,ils accuse le coup et moi je craque,je leur dis que j en ais marre que j ais envie de crever et toute les connerie du genre….

Une bonne heure après j étais a peut près calmé ,mais surtout j avais réussi a faire flipper tout le monde et pleurer ma mère .Quel con je fais,comme si avec mes connerie d alcool je ne les avais pas assez fais souffrir.Ce que je retient de tous sa et ce que je voudrais faire passer,c est que si j étais rester dans mon coin ,tout seul a péter un câble je ne suis pas sur de ne pas être allé acheté une bouteille et d avoir fais la pire des connerie.Ok j ais pris une claque,oui je me fais du souci ,mais au moins je suis sobre et aujourd hui mes rdv sons pris pour le chirurgien,l échographie etc…D accord je dois attendre fin aout pour savoir ce qu ils vont me faire,mais au moin quand on me parle j écoute,et je peus répondre,pas comme avant du style « foutez moi la paix,je fais ce que je veus « enfin vous connaissez les propos que l on tient quand on est imbibé.

Alors si des gens lise ce mots et qu ils ont encore des doute sur le pouvoir de refusé l alcool quand on crois que lui seul peut résoudre nos problèmes,je peus vous garantir que si je m étais remis a la picole je ne serais sûrement pas en train de vous écrire en ce moment,le moyen le plus sur est le dialogue ,cela peut inquiété ce qui écoutes mais il préfère ,et de loin ,écouté quelqu un de sobre et le rassuré plutôt qu un mec bourré qui de toute façon n écoute plus rien que sa bouteille.Voila tout ça pour dire que j ais peur ,mais au moins je suis sobre,et on me soignera plus facilement agen que mort.emoticone

a bientot et merci de m avoir lu

16 janvier, 2007

LES AMIS AVEC L ALCOOL

Classé dans : aide a l alcool — bruno72 @ 2:24

emoticone Suite a mon premier article j essayerais de developer des passage de ma vie d alcolique comme ca viendra ,pour cette nuit j aimerais parler de mes « amis »d avec l alcool;

Au debut quand on fais la foire regulierement(pour moi c etait tous les soirs et a fond le weekend)on fais forcement des connaissances et plus les foire passe plus on en fais,c est super surtout pour les gens commes moi ,timide etpas trop sur d eux,c est simple il me sufisait de boire un peu et comme par magie j abordais les gens et eux s interaissais a moi,c est du moins ce que je croyais car en fait c est pour autre chose je vous le dirais plus loing

Je me faisais donc des « amis »plus ou moins du meme niveau social mais pas forcement avec le meme salaire et pour un mec timide c est la que ca devient dangereux.Plus le temps passais plus les foire coutais cheres etplus javais du mal a suivre coté finances ,comme je n aime pas me faire rincer et surtout pour ne pas perdre ces « amis » j ais jouer avec ma banque ;autorisation de decouvert ,petit credis mais ca ne suffisais plus alors j ais fais appel a une maison de pret tres sympas ca comence par Cé et finis par em .A l epoque en1997 j avais reussis a emprinter 80000frs mais il arrive un moment ou on ne peus pas assurer le rembousement et la c est la chute mechante et severe.j ais la chance d avoir des parents en or qui on tout regler et a ce jour ma dette est remboursser ,mais les sois disants AMIS on disparus de la surface ,en fait ce n ais pas moi qui les interaissais mais le fric ,et la on prends encore une claque dans la gueule.Si des malades alcoolique me lise ils saves de quois je parle,le teste est simple lorsque je m alcoolisais j avais du monde a la maison tout les jours et suite a mes cures j ais pour l instant bannies les bouteilles ,et bien je ne vois plus personne et las on se dit que l on peut compter ses amis sur les doigt de la mains.Par contre les gents que je vois maintenant sont des personnes vraiment formidables sur qui je peus compter pendants les coups de cafars ,et ces gents je les est tous connus en cure qu ils en sois sortie ou qu ils est encore des problemes avec l alcool on est solidaire naturelement.ma petite amies aussi connue en cure recomence a boire ,pas grand chose mais ca va tellement vite la rechute,alors je gere de mon mieux et suis toujours a ses cottée pour l aider et d autre personnes se sonts jointes a moi pour combattre et gagner.Alors s ils vous plais si vous etes en dificulter avec l alcool et que vous ne saver pas quoi faire pour en sortir reponder et poser moi des questions je suis malheureusement bien placé pour vous repondre .la prochaine fois je parlerais peu etre des proche ,de la famille car las aussi on fais du tris .Allez bonne journée a tous BRUNOemoticone

30 juin, 2011

je commence a y croire

Classé dans : aide a l alcool — bruno72 @ 2:03

bonjour a tous

Je prend mon courage a deux mains pour refaire un petit texte et essayer de vous raconter mon parcours depuis mon derniers article.En fait je me suis taper une rechute de 15 jours pendant les fêtes de Noël 2009,encore tout seul comme un grand suite a une rupture(comme d’ab).Pendant ces 15 jours j’ai trouver la force de faire appel a ma clinique préférée qui m’a proposer une cure,j’ais accepter,j’avais promis a ma mère que j’ai encore fait pleurer.Le jour de l’entré en clinique arrive ,je parle avec une infirmière que je connais(a force)et la le déclic je lui dit « désolé je rentre chez moi et je stop mes conneries »,elle a bien essayer de me retenir mais me connaissant a fini par me laisser partir contre avis médical.Je n explique pas cette réaction,en principe dans cette clinique je me sens a l’aise mais je crois que j’avais enfin décidé de me prouver a moi et au autres que je pouvais m’en sortir,la seule chose que j’ai accepter de faire c’est de continuer mon suivi avec la psy de la clinique(ce que je fait toujours)Les début on été difficiles et je m’aperçois que a chaque rechute la remontée est plus dur,réapprendre a manger,zapper le rayon alcool ne voir personne(de toute façon sa ne me changeais pas beaucoup)et puis la vie a repris son cour peu a peu.Les tuiles sont arrivées bien sur,surtout niveau santé,ré-opération du pancréas pour la deuxième foi (très bien passer)Pour une foi j’ai eu confiance en moi et me suis jeter dans le bénévolat,les restos du coeur,une expérience génial,et la j’apprend a prendre l’apéro avec un jus de fruit et répondre au regard intrigué de mes collègues,je retourne au restaurant avec eux et je sers le vin a table sans aucune gène.Je refais des repas de famille,et surtout j’arrive a partir en vacances seul et a m’éclater sans la moindre goutte.Des voisins de camping mon invité a prendre l’apéritif et de suite je leur ai dit sans alcool pour moi et bien c’est passer comme une lettre a la poste et ma semaine de congé a été un vrais plaisir.Je vins d’apprendre que j’avais une artère bouchée et qu’une opération était a prévoir(les abus ne serve vraiment a rien)et bien je reste cool et ne pense pas au produit.Tout sa pour vous dire que ok on reste malade alcoolique mais on peut vivre bien quand on reste sobre,et pour ma part le meilleur moyen de ne pas rechuter c’est de savoir que peut  être demain je serais a terre encore une foi mais je n’y pense pas et me libère l’esprit ainsi.

je vous souhaite pleins de courage et vous envoi de l’espoir car rien n’est jamais perdu.

ps:bonjour a jean luc et merci de prendre de mes nouvelles régulièrement.

7 avril, 2007

les groupes de paroles

Classé dans : aide a l alcool,bruno72,Non classé — bruno72 @ 2:06

a la demande d une personne qui se reconnaitera

 

Les groupes de paroles ,j ais commencer en1999 l ors d une premiere cure de 12 semaines ,a raison d un groupe par semaines sa commencais fort ;Tout d abord pour ce qui ne saves pas cela consiste a se réunir entre nous assistés d une psychologue et d une infirmiere pour parler de ce que l on ressent,de nos crainte et surtout sans tabous.

Au début ce n étais pas evident de pouvoir parler de sois devant tout le monde,en plus la psy ne nous encouragais  pas vraiment ,ce qui fait qu il fallais que quelqu un se jette a l eau et sa au bout de plusieurs minutes (elles étais tres longues)et c étais partis.Au début je ne participais pas trop,timide ,peur de dire des conneries et puis on se connaissais tous,alors quois dire de plus ,en effet dans les cures les meillieurs groupes de paroles c est entre nous sans blouse blanche pour intervenir ,on peut avoir notre propre language ,souvent plus ou moins chatier et en plus on pouvais parler sexe (et oui ca en fais parties ,on a tous eus des soucis avec ca et l alcool)plus librement meme avec les filles qui sont comme nous.A la longues et au travers de plusieurs cures dans différents endroits j ais aprécier ces groupes ,mieux je prenais souvent la parole le premier ,c étais devenu un rendez vous interressant ,et j aprenais a me connaitre mieux a travers les autres.

Maintenant que je ne fais plus de cure (j ais plus le tempsRireje touche du bois) je participe a mon rithme a des groupes ,toujours dans une clinique,mais avec des gens nouveaux presque a chaque fois,et c est vraiment trés enrichissant a mon gout bien sur.Cest vrais que j ais un gros parcour d alcoolique et suis avec unemalade non abstinante mais j apprend a chaque fois de nouvelles choses ,vécus ou pas ,des astuces pour ne pas craquer,et surtout parler .Je vois une psy tous les 15 jours (celle la est bien)mais le groupe m apporte autre chose ,je n arrive pas trop a le définir mais je me sens bien en sortant,c est vrais qu avec les problemes de mon amies ,j ais un peut (beaucoup)laisser tomber pour me consacrer a elle mais je vais les reprendre pour me vider.Je croit que le malades alcoolique a avant tout besoin de parler et d etre écouter ,dans la rue ,la famille ,les amis qui nous reste ce n est pas évident,j ais l imprétion de les SOULER ,alors que des groupes sont làs pour ca et plus ce sont des gens comme nous ,il ne peuve pas se la jouer,faire de morale a 2 balles,on est tous égaux devant l alcool ,il n y a pas de malins a ce jeux la.Alors si je n étais pas pour eux au début maintenant je dis OUI et vous invite a faire le premier pas ,vous serrez surements surpris 

Bien il est 3 heures du mat alors a bientot pour une autre facette de mes expérience

BRUNO 

24 janvier, 2007

LES CURES

Classé dans : aide a l alcool,Non classé — bruno72 @ 14:16

Bonjours a tous

Je voulais aussi vous parler un peu des cures sur l alcool, j ais été un grand consomateur de cure,j ais du en faire une douzaine plus une post cure de 3 mois.

En fait cela a commencer par hasard ,j etais hospitalisé pour une ts et une infirmiere en alcoologie est passer me voir,elle m a demander si je voulais en sortir et j ais dis OUI.

En faite je me sentais en confiance avec elle et me voila partis pour 5 semaines de soins plus 5 autres dans une clinique.Pour une premiere je faisais fort 10 semaines d affilées et en gros c est passer tres vite,en sortant j etais paumer par le monde exterieur,j avais peur de tout mais j ais tenu 17 mois sans une seul goutte ,pourtant j ais bosser au rayon liquides mais non je n en voulais pas de ce produit.

Malheureusement on est fragile et la rechute ma attraper ,je ne suis pas retourner me faire soigner de suite ,et puis un jour j ais franchis la porte de la clinique.

quand on fait une cure  il faut le vouloir et le faire pour sois sinon c est pas la peine ,le faire pour les autres ou a contre coeur c est etre sur de retomber ,il faut devenir egoiste et ne pensser qu a soi mais je ne l ais compris que tard,trop tard.

Bizarement c est dans ces centres que je me suis fais les meillieurs amis et d allieur je suis actuellement en couple avec l une d elle.C est vrais que c est dur de pousser la porte ,la honte ,l inconnue ,la peur mais les gens qui y travailles ne sont pas la pour vous JUGER il vous AIDES .Ce sont des confesseurs ,des gens a qui l ont peu tout dire ,et puis avec les autre patients il ni a pas de hierarchie ,on est tous la pour le meme probleme et le meme combat.

Je ne suis pas en train de dire que les cures fonts des miracles ,il faut y mettre du siens aussi,mais cela aide enormement .

En sortie de centre il ne faut pas sortir seul,il faut rester en contact avec ce centre ,personellement je vois toujours la psy,1 infirmier et le medecin.Cela s appele gardé une béquille et dans les coup dur on est contenp de retrouver ces gens las.

En fait le message que je veus faire passer c est de ne pas avoir honte de se faire SOIGNER car on est malades au meme titre que les autres.Ne pensser pas aux regard des gents a ce qu ils peuve pensser ,FAITE LE D ABORD POUR VOUS,le reste vient avec .

Alors bon courage a tous :BRUNO

16 janvier, 2007

l alcool et la famille

Classé dans : aide a l alcool,Non classé — bruno72 @ 12:46

emoticoneSalut a tous,hier j ais ecris 1 article sur les sois disants « amis » mais je ne sais pas si je l ais publier,je l ais enregistrer c est sur mais je n arrive pas a revenir sur publier?

en gros cela disais que lorsque l on est alcooliques ils n y a pas de vrais amis c est quand on se soigne qu on les trouves .

maintenant la famille,c est tres dur pour les parents etautre de comprendre cette decheance

pour eux ce n est qu une question de volontée et de toute facon ce n est pas une maladie,pas un cancer ou autre.Deja que moi j ais mis du temps a admettre le mot malade alcoolique alors les autres !!!

Pour mes oncles ,cousin ect je n etais plus qu un mec a eviter ,mes parents ont mis beaucoup de temps a comprendre,il faut dire que je les ais pousser a voir le medecin qui me suivais en cure a l hosto.L entretien a duré plus de 2 heures et pour la premieres fois j ais vu mon pere ne plus trouver ses mots et pleurer devant moi et le toubib,ils avait enfin compris que j etais MALADE .Mais ce n est pas pour autant que j etais gueris loing de la,lechemin fut tres long et tres dur surtout pour eux .mois c etais facile ,beucoup d alcool et j oubliais tous mais eux ils me voyais sombrer encore et encore.

combien de fois ils ons tel au pompier,au samu et a chaque fois l angoisse les prenais comme jamais.Ils avais une vie tranquille avant mes connerie mais depuis et encore maintenant ils hesite avant de me tel « comment il va etre,a t il remis ca « .quand ils n arrive pas a me joindre « sur portable et fixe »il paniques a mort,pourtant je vais mieux depuis l operation cela fait 9mois que je n ais pas toucher a cette saloperie,mais bon si je ne suis pas joignable ils flippes et j ais droit au petit sermon qui va bien,ce n est pas mechant et je les comprend mais c est lourd a porter,j ais l impretion d etre surveiller 24 sur 24,quand je suis avec mon amie le portable a besoin d etre eteind mais j ais toujours peur qu ils me tel a ces moments las.Enfin on fini par s abituer .

quand je reviens en arriere je me rend compte du temps qu ils onts passer dans les centre de cure et dernierement tout les jour a l hosto avec la peur d aprendre que je n avais pas survecu au operations ,je m en veux de tout ca ,je ne leur est pas offert une retraite de tout repos.

Quand au autres menbres de la famille alors las le vide complet.Sois ils avaits peur de m inviter car on ne sais pas si prendre avec un alcoolique.J ais eu droit au verre mikey pour enfants c est genial on se sent completement a part des « gens normaux ».Ils ne save pas qu elle attitude prendre et moi de mon coté j avais peur de me prendre une reflexion a la con et de mal reagir ,alors j ais decider a un moment de refuser toute invitation de la par de la famille ,sauf mes parents bien sur.

Et puis voila le jour ou je suis rentré a l hosto avec peu de chance de sortir vivant du bloc operatoire et la miracle je survi.Ne me demander pas pourquois mais depuis j ais retrouver tout le monde ,ils sont tous venus me voir meme de tres loing et la ca fais chaud au coeur de les voir tous ensembles .Cela a permis entre autre de faire se reunir la famille qui il faut le dire etais completements dispercer.Quelque part je me dit que j aurais au moins servis a ca et surtout ils on tous compris le mot maladie,il y en a meme qui ons netement ralentis leurs consomation,comme quoi la peur peu ouvrir les yeux de quelque uns.

Enfin je m apercois que la famille est indispensable dans ces cas las et qu il ne faut pas leurs tourner le dos meme s ils ons du mal a comprendre.

si vous vous poser des questions sur le sujet ou si vous desirer que je developpe une parties du parcour d un alcoolique qui veut de l aide contacter moi et je serais las .

merci a tous et a bientot BRUNO

14 janvier, 2007

Classé dans : bruno72,Non classé — bruno72 @ 14:36

emoticone bonjour a tous ,voila j ais 41 ans et je voulais faire partager mon « experience »de l alcool et ce que cela a entrainé chez moi.Tout commence il y a environ 20 ans,premier delire avec le produit a l armee et ensuite foire permanente entre collegues de boulots devenus des copain de boisson.Cela a durée une dizaines d année ,les arrets de travail on commencer a s accumulés etbien sur les licenciments sont arrivés avec.A l epoque j etais en region parisienne,je ne me rendais pas compte que j etais malade ,mon medecin de l epoque se contentais de me faire prendre du valium ,il ne me parlais jamais de cure de desintox ,donc je continuais dans mon delire.Un jour je me suis mis en menage avec une femme adorable,le seul probleme etait que ses parents adorais la féte contrairement aux mien qui eux non pas fais le quart de se que j ais pus faire et c est tant mieux pour eux.alors du coup je passais du temps avec mes « beaus parents »et continuais de m alcooliser,toute les occasions etais bonnes.J ais une foie de plus perdu mon job et ais ete obliger de mentir a ma compagne,je faisais semblant de partir au taf mais en fait j allais me souller la tronche.Elle s ent est apercu bien sur ,alors j ais fais un effort ,j ais retrouver du boulot de suite (c est facile en boucherie),mais je continuais a boire ,et un mec alcooliser avec des couteaux dans les mains et des horaires de fous ca souffre et ca a du mal a assurer sans sa dose.Le probleme c est que les doses devenais de plus en plus fortes,je consomais sur mon lieux de travail mon patron n ettant presque jamais las c etais facile,mais le soir venu c etait devenu dificile de dire a mon amie « je suis crever ,j ais encore eu une journée d enfer etc « .un jour de 21 mars 1999 elle s est suicidee et mon seul refuge a ete l alcool encore et encore.J ais decider de demissioner et de venir m installer dans la sarthe ,j ais trouvé du boulot mais 15 jour apres je me retrouvais a l hosto pour ts .La des medecins mon pris en charge et mon proposer de faire une cure.J ais accepter et fais 10 semaines de cure ,j ais repris mon boulot et ais tenu 17 mois ,mais j etais fragile et les moindres emotions fortes pouvais me faire replonger .Un rupture a suffit pour me faire replonger grave .depuis l an 2000 je suis en soins ,j ais fait 12 cure et poste cure ,j ais connu une fille en cure cela a été le coup de foudre ,on est rester 1 an ensemble sans alcool,etelle m a lacher.J ais replonger ,et la un medecin ma dit que si je continuais j allais mourir .j ais continuer au rithme de 2 litres de wiskis pendent environ 6 mois et j ais decider d arreter mes conneries mais il etais trop tard .Au moi de juillet dernier je me suis fais operer d urgence mais cela n a pas suffit mon cas etait deseperer au dire des chirurgiens alors reoperation en ultime recour au moi d aout,pancreas ,vesicule,et d enorme cicatrices,2 mois de convalescence suplementaire et me voila debout .Maintenant je sais que le moindre alcool me serais fatal,j ais eu la chance de me remetre avec mon coup de foudre ,c est elle qui me fais tenir le coup mais maintenant c est un combat de tout les jour ,je suis suivis par une psy ,par mon medecin traitant,par 2 chirurgiens mais malgrer cela je sais que si un jour j en ais mare je peut me foutre en l air tres facilement.J ais été mis en invalidité depuis 2 ans et je viens d apprendre que je ne pourais plus travaillier ,a 41 ans c est dur de se sentir inutile et de vivre au crochet de la societée alors forcements les idée noirs reviennes au galop,je dois tenir le coup ne seraice que pour la femme que j aime.voila en gros ce que je voulais dire et surtout faite gaffe a cette saloperie en vente libre ,si vous croyer etre dependent n ayer pas peur de pousser des portes et d appeler au secours ,il ni a rien de honteux bien au contraire .si ce petit message peut aider quelqu un je serais vraiment tres contents de moi pour une foie.MERCI

12 janvier, 2007

Bonjour tout le monde !

Classé dans : Non classé — bruno72 @ 13:27

Bienvenue sur Unblog.fr. Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.
Des questions ? Visitez les forums d’aide !

 

Le Blog de LA PROSTATITE CH... |
ASSOCIATION DES MEDECINS ... |
Dentiste Equin Muriel TUDZIARZ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aide aux personnes difficultés
| La Drépanocytose
| Nous sommes tous UN