alcool et consequences

Bienvenue sur mon blog aide a l alcool

7 avril, 2007

les groupes de paroles

Classé dans : aide a l alcool,bruno72,Non classé — bruno72 @ 2:06

a la demande d une personne qui se reconnaitera

 

Les groupes de paroles ,j ais commencer en1999 l ors d une premiere cure de 12 semaines ,a raison d un groupe par semaines sa commencais fort ;Tout d abord pour ce qui ne saves pas cela consiste a se réunir entre nous assistés d une psychologue et d une infirmiere pour parler de ce que l on ressent,de nos crainte et surtout sans tabous.

Au début ce n étais pas evident de pouvoir parler de sois devant tout le monde,en plus la psy ne nous encouragais  pas vraiment ,ce qui fait qu il fallais que quelqu un se jette a l eau et sa au bout de plusieurs minutes (elles étais tres longues)et c étais partis.Au début je ne participais pas trop,timide ,peur de dire des conneries et puis on se connaissais tous,alors quois dire de plus ,en effet dans les cures les meillieurs groupes de paroles c est entre nous sans blouse blanche pour intervenir ,on peut avoir notre propre language ,souvent plus ou moins chatier et en plus on pouvais parler sexe (et oui ca en fais parties ,on a tous eus des soucis avec ca et l alcool)plus librement meme avec les filles qui sont comme nous.A la longues et au travers de plusieurs cures dans différents endroits j ais aprécier ces groupes ,mieux je prenais souvent la parole le premier ,c étais devenu un rendez vous interressant ,et j aprenais a me connaitre mieux a travers les autres.

Maintenant que je ne fais plus de cure (j ais plus le tempsRireje touche du bois) je participe a mon rithme a des groupes ,toujours dans une clinique,mais avec des gens nouveaux presque a chaque fois,et c est vraiment trés enrichissant a mon gout bien sur.Cest vrais que j ais un gros parcour d alcoolique et suis avec unemalade non abstinante mais j apprend a chaque fois de nouvelles choses ,vécus ou pas ,des astuces pour ne pas craquer,et surtout parler .Je vois une psy tous les 15 jours (celle la est bien)mais le groupe m apporte autre chose ,je n arrive pas trop a le définir mais je me sens bien en sortant,c est vrais qu avec les problemes de mon amies ,j ais un peut (beaucoup)laisser tomber pour me consacrer a elle mais je vais les reprendre pour me vider.Je croit que le malades alcoolique a avant tout besoin de parler et d etre écouter ,dans la rue ,la famille ,les amis qui nous reste ce n est pas évident,j ais l imprétion de les SOULER ,alors que des groupes sont làs pour ca et plus ce sont des gens comme nous ,il ne peuve pas se la jouer,faire de morale a 2 balles,on est tous égaux devant l alcool ,il n y a pas de malins a ce jeux la.Alors si je n étais pas pour eux au début maintenant je dis OUI et vous invite a faire le premier pas ,vous serrez surements surpris 

Bien il est 3 heures du mat alors a bientot pour une autre facette de mes expérience

BRUNO 

24 janvier, 2007

LES CURES

Classé dans : aide a l alcool,Non classé — bruno72 @ 14:16

Bonjours a tous

Je voulais aussi vous parler un peu des cures sur l alcool, j ais été un grand consomateur de cure,j ais du en faire une douzaine plus une post cure de 3 mois.

En fait cela a commencer par hasard ,j etais hospitalisé pour une ts et une infirmiere en alcoologie est passer me voir,elle m a demander si je voulais en sortir et j ais dis OUI.

En faite je me sentais en confiance avec elle et me voila partis pour 5 semaines de soins plus 5 autres dans une clinique.Pour une premiere je faisais fort 10 semaines d affilées et en gros c est passer tres vite,en sortant j etais paumer par le monde exterieur,j avais peur de tout mais j ais tenu 17 mois sans une seul goutte ,pourtant j ais bosser au rayon liquides mais non je n en voulais pas de ce produit.

Malheureusement on est fragile et la rechute ma attraper ,je ne suis pas retourner me faire soigner de suite ,et puis un jour j ais franchis la porte de la clinique.

quand on fait une cure  il faut le vouloir et le faire pour sois sinon c est pas la peine ,le faire pour les autres ou a contre coeur c est etre sur de retomber ,il faut devenir egoiste et ne pensser qu a soi mais je ne l ais compris que tard,trop tard.

Bizarement c est dans ces centres que je me suis fais les meillieurs amis et d allieur je suis actuellement en couple avec l une d elle.C est vrais que c est dur de pousser la porte ,la honte ,l inconnue ,la peur mais les gens qui y travailles ne sont pas la pour vous JUGER il vous AIDES .Ce sont des confesseurs ,des gens a qui l ont peu tout dire ,et puis avec les autre patients il ni a pas de hierarchie ,on est tous la pour le meme probleme et le meme combat.

Je ne suis pas en train de dire que les cures fonts des miracles ,il faut y mettre du siens aussi,mais cela aide enormement .

En sortie de centre il ne faut pas sortir seul,il faut rester en contact avec ce centre ,personellement je vois toujours la psy,1 infirmier et le medecin.Cela s appele gardé une béquille et dans les coup dur on est contenp de retrouver ces gens las.

En fait le message que je veus faire passer c est de ne pas avoir honte de se faire SOIGNER car on est malades au meme titre que les autres.Ne pensser pas aux regard des gents a ce qu ils peuve pensser ,FAITE LE D ABORD POUR VOUS,le reste vient avec .

Alors bon courage a tous :BRUNO

16 janvier, 2007

l alcool et la famille

Classé dans : aide a l alcool,Non classé — bruno72 @ 12:46

emoticoneSalut a tous,hier j ais ecris 1 article sur les sois disants « amis » mais je ne sais pas si je l ais publier,je l ais enregistrer c est sur mais je n arrive pas a revenir sur publier?

en gros cela disais que lorsque l on est alcooliques ils n y a pas de vrais amis c est quand on se soigne qu on les trouves .

maintenant la famille,c est tres dur pour les parents etautre de comprendre cette decheance

pour eux ce n est qu une question de volontée et de toute facon ce n est pas une maladie,pas un cancer ou autre.Deja que moi j ais mis du temps a admettre le mot malade alcoolique alors les autres !!!

Pour mes oncles ,cousin ect je n etais plus qu un mec a eviter ,mes parents ont mis beaucoup de temps a comprendre,il faut dire que je les ais pousser a voir le medecin qui me suivais en cure a l hosto.L entretien a duré plus de 2 heures et pour la premieres fois j ais vu mon pere ne plus trouver ses mots et pleurer devant moi et le toubib,ils avait enfin compris que j etais MALADE .Mais ce n est pas pour autant que j etais gueris loing de la,lechemin fut tres long et tres dur surtout pour eux .mois c etais facile ,beucoup d alcool et j oubliais tous mais eux ils me voyais sombrer encore et encore.

combien de fois ils ons tel au pompier,au samu et a chaque fois l angoisse les prenais comme jamais.Ils avais une vie tranquille avant mes connerie mais depuis et encore maintenant ils hesite avant de me tel « comment il va etre,a t il remis ca « .quand ils n arrive pas a me joindre « sur portable et fixe »il paniques a mort,pourtant je vais mieux depuis l operation cela fait 9mois que je n ais pas toucher a cette saloperie,mais bon si je ne suis pas joignable ils flippes et j ais droit au petit sermon qui va bien,ce n est pas mechant et je les comprend mais c est lourd a porter,j ais l impretion d etre surveiller 24 sur 24,quand je suis avec mon amie le portable a besoin d etre eteind mais j ais toujours peur qu ils me tel a ces moments las.Enfin on fini par s abituer .

quand je reviens en arriere je me rend compte du temps qu ils onts passer dans les centre de cure et dernierement tout les jour a l hosto avec la peur d aprendre que je n avais pas survecu au operations ,je m en veux de tout ca ,je ne leur est pas offert une retraite de tout repos.

Quand au autres menbres de la famille alors las le vide complet.Sois ils avaits peur de m inviter car on ne sais pas si prendre avec un alcoolique.J ais eu droit au verre mikey pour enfants c est genial on se sent completement a part des « gens normaux ».Ils ne save pas qu elle attitude prendre et moi de mon coté j avais peur de me prendre une reflexion a la con et de mal reagir ,alors j ais decider a un moment de refuser toute invitation de la par de la famille ,sauf mes parents bien sur.

Et puis voila le jour ou je suis rentré a l hosto avec peu de chance de sortir vivant du bloc operatoire et la miracle je survi.Ne me demander pas pourquois mais depuis j ais retrouver tout le monde ,ils sont tous venus me voir meme de tres loing et la ca fais chaud au coeur de les voir tous ensembles .Cela a permis entre autre de faire se reunir la famille qui il faut le dire etais completements dispercer.Quelque part je me dit que j aurais au moins servis a ca et surtout ils on tous compris le mot maladie,il y en a meme qui ons netement ralentis leurs consomation,comme quoi la peur peu ouvrir les yeux de quelque uns.

Enfin je m apercois que la famille est indispensable dans ces cas las et qu il ne faut pas leurs tourner le dos meme s ils ons du mal a comprendre.

si vous vous poser des questions sur le sujet ou si vous desirer que je developpe une parties du parcour d un alcoolique qui veut de l aide contacter moi et je serais las .

merci a tous et a bientot BRUNO

14 janvier, 2007

Classé dans : bruno72,Non classé — bruno72 @ 14:36

emoticone bonjour a tous ,voila j ais 41 ans et je voulais faire partager mon « experience »de l alcool et ce que cela a entrainé chez moi.Tout commence il y a environ 20 ans,premier delire avec le produit a l armee et ensuite foire permanente entre collegues de boulots devenus des copain de boisson.Cela a durée une dizaines d année ,les arrets de travail on commencer a s accumulés etbien sur les licenciments sont arrivés avec.A l epoque j etais en region parisienne,je ne me rendais pas compte que j etais malade ,mon medecin de l epoque se contentais de me faire prendre du valium ,il ne me parlais jamais de cure de desintox ,donc je continuais dans mon delire.Un jour je me suis mis en menage avec une femme adorable,le seul probleme etait que ses parents adorais la féte contrairement aux mien qui eux non pas fais le quart de se que j ais pus faire et c est tant mieux pour eux.alors du coup je passais du temps avec mes « beaus parents »et continuais de m alcooliser,toute les occasions etais bonnes.J ais une foie de plus perdu mon job et ais ete obliger de mentir a ma compagne,je faisais semblant de partir au taf mais en fait j allais me souller la tronche.Elle s ent est apercu bien sur ,alors j ais fais un effort ,j ais retrouver du boulot de suite (c est facile en boucherie),mais je continuais a boire ,et un mec alcooliser avec des couteaux dans les mains et des horaires de fous ca souffre et ca a du mal a assurer sans sa dose.Le probleme c est que les doses devenais de plus en plus fortes,je consomais sur mon lieux de travail mon patron n ettant presque jamais las c etais facile,mais le soir venu c etait devenu dificile de dire a mon amie « je suis crever ,j ais encore eu une journée d enfer etc « .un jour de 21 mars 1999 elle s est suicidee et mon seul refuge a ete l alcool encore et encore.J ais decider de demissioner et de venir m installer dans la sarthe ,j ais trouvé du boulot mais 15 jour apres je me retrouvais a l hosto pour ts .La des medecins mon pris en charge et mon proposer de faire une cure.J ais accepter et fais 10 semaines de cure ,j ais repris mon boulot et ais tenu 17 mois ,mais j etais fragile et les moindres emotions fortes pouvais me faire replonger .Un rupture a suffit pour me faire replonger grave .depuis l an 2000 je suis en soins ,j ais fait 12 cure et poste cure ,j ais connu une fille en cure cela a été le coup de foudre ,on est rester 1 an ensemble sans alcool,etelle m a lacher.J ais replonger ,et la un medecin ma dit que si je continuais j allais mourir .j ais continuer au rithme de 2 litres de wiskis pendent environ 6 mois et j ais decider d arreter mes conneries mais il etais trop tard .Au moi de juillet dernier je me suis fais operer d urgence mais cela n a pas suffit mon cas etait deseperer au dire des chirurgiens alors reoperation en ultime recour au moi d aout,pancreas ,vesicule,et d enorme cicatrices,2 mois de convalescence suplementaire et me voila debout .Maintenant je sais que le moindre alcool me serais fatal,j ais eu la chance de me remetre avec mon coup de foudre ,c est elle qui me fais tenir le coup mais maintenant c est un combat de tout les jour ,je suis suivis par une psy ,par mon medecin traitant,par 2 chirurgiens mais malgrer cela je sais que si un jour j en ais mare je peut me foutre en l air tres facilement.J ais été mis en invalidité depuis 2 ans et je viens d apprendre que je ne pourais plus travaillier ,a 41 ans c est dur de se sentir inutile et de vivre au crochet de la societée alors forcements les idée noirs reviennes au galop,je dois tenir le coup ne seraice que pour la femme que j aime.voila en gros ce que je voulais dire et surtout faite gaffe a cette saloperie en vente libre ,si vous croyer etre dependent n ayer pas peur de pousser des portes et d appeler au secours ,il ni a rien de honteux bien au contraire .si ce petit message peut aider quelqu un je serais vraiment tres contents de moi pour une foie.MERCI

12 janvier, 2007

Bonjour tout le monde !

Classé dans : Non classé — bruno72 @ 13:27

Bienvenue sur Unblog.fr. Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.
Des questions ? Visitez les forums d’aide !

 

Le Blog de LA PROSTATITE CH... |
ASSOCIATION DES MEDECINS ... |
Dentiste Equin Muriel TUDZIARZ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aide aux personnes difficultés
| La Drépanocytose
| Nous sommes tous UN